dimanche 20 janvier 2019

RENAISSANCE trois titres chroniqués par Drew Fisher

Meilleurs albums de l'année 2018 :
RENAISSANCE est dans la sélection de Drew Fisher !

 

"Dans l'esprit magique de la Berlin School de Klaus Schulze, Laurent Schieber (Sequentia Legenda) le Maestro de Mulhouse semble faire un album par an (ou, plus exactement, tous les neuf mois) tout en augmentant en confiance, en qualité et en séduction. Alors qu'ETHEREAL, datant de 2017, était un véritable chef-d'œuvre et reste sur ma playlist de rotation fréquente - j'ai été si occupé en 2018 (depuis mai) et je n'ai pas eu assez de temps pour écouter de la nouvelle musique et encore moins des épopées de plus de 20 minutes comme celles-ci. Mais je peux dire aujourd'hui, qu'ils sont tout à fait à la hauteur des normes fixées par le travail précédent de Laurent - et par le maître lui-même, Monsieur Schulze."

Drew Fisher septembre 2018


Sequentia Legenda Berlin School music

UN TITRE SOLIDE AVEC UN MERVEILLEUX TIERS FINAL


Drew Fischer:
"1. "Out of the Silence" (21:54) commence étonnamment familièrement et prends un peu de temps à grandir et à se développer (un peu trop, à mon humble avis). Le jeu de cymbales d'un batteur entre et rejoint la séquence au cours de la cinquième minute. Il sonne comme en direct (pas en boucle) !

Les percussions intégrales entrent en jeu à la septième minute, le changement de tonalité total à 7:35, puis revient à sa formation initiale à 8:25. Deux autres changements de tonalité différents dans les dixièmes et onzièmes minutes avec quelques sons de percussions supplémentaires ajoutés au mixage, mais la pièce ne va pas vraiment vers quelque chose de nouveau, différent ou excitant, il y à certes un passage à un spectre de tonalité plus mineur à 11:00. Il est agréable qu'il y eut quatre changements de tonalité au lieu des deux habituels.

À 14:00, toutes les pistes rythmiques sont lâchées et de multiples couches d'accords et de bruits de synthés s'imposent dans un nouvel univers d'espace. J'aime cette section. Surtout l'arpège hypnotique de piano électrique à quatre notes répété comme base centrale. La brillance du travail de Rainer Brüninghaus avec Eberhard Weber me vient à l'esprit.

Une pièce solide avec un merveilleux tiers final, encore une fois, une pièce qui montre la croissance et le développement de la confiance et de la maîtrise de Laurent. (8.5/10)"


RENAISSANCE Berlin School music

 

C'EST DÉFINITIVEMENT UN MORCEAU REPRÉSENTATIF DES MAÎTRES DE L'ÉCOLE DE BERLIN.


Drew Fischer:
"2. "Ici et Maintenant" (25:39) s'ouvrant sur un paysage sonore beaucoup plus sombre et inquiétant que d'habitude pour Sequentia Legenda. Le lent fondu enchaîné de rythmes, de percussions et les multiples boucles et des effets de synthés apportent un adoucissement de la tension, un léger regain d'espoir. À la cinquième minute, tous les niveaux semblent fixés. À la neuvième minute, la répétition commence à s'user et puis boum ! À la neuvième minute, juste au bon moment, il y a un grand changement de tonalité, un changement qui détend les nerfs. Génial !

Laurent devient si doué pour lire ses auditeurs (ou du moins, moi). Quelque chose dans cette tonalité rend la musique beaucoup plus décontractée, plus relaxante, puis, à la minute 11, la tonalité revient à son original, mais grâce à ce sursis de deux minutes, elle est beaucoup plus tolérable, agréable. Un autre quart de travail à 13:00 et avec lui un nouveau synthétiseur, un nouveau clavier "harpe" aux accords et c'est alors l'épanouissement. Joli ! À 15:00, nous rentrons dans une autre clé. Les objets séquencés semblent si amicaux et si proches maintenant. De nouvelles percussions sont ajoutées - une grosse caisse dans le registre grave et une cymbale charleston dans le registre aigu. Après 17:00, quelques autres bruits de synthétiseurs : bourdonnements d'insectes, accords pleins de synthés et une piste de caisse claire de type orchestre. Joli. L'environnement sonore est parfaitement équilibré et pas trop surchargé. L'introduction subtile de tant d'éléments m'aide, moi, l'auditeur, à rester envoûté et retranché... dans " l'Ici et le Maintenant ". Des passages de Tam-tam sont ajoutés au mixage à la vingtième minute et puis, tout à coup, à 20:00, tout s'effondre ; toutes les pistes sauf celles du synthé et quelques éléments rythmiques à deux notes disparaissent progressivement. C'est incroyable !

Je suis tellement stupéfait par la note simple, panoramique et avec effet flanger(1), qui se déploie lentement, que je revis mon lien profond avec "Dream Within a Dream" de Propaganda, l'une de mes chansons préférées de tous les temps. J'adore la sortie prolongée avec les percussions et les arpèges de piano électrique d'octave supérieure.

Une piste géniale ! Certainement un morceau emblématique des maîtres de l'école de Berlin !  (10/10)"


(1) Le flanger est un effet sonore obtenu en additionnant au signal d'origine ce même signal mais légèrement retardé, ce retard fixe est modulé par un LFO variant périodiquement à une fréquence de quelques hertz (communément entre 0,1 et 20 Hz). D'un point de vue spectral, le traitement est similaire à un effet de filtrage en peigne balayant. (source Wikipédia)

RENAISSANCE Berlin School music

ENGAGEANT, HYPNOTISANT ET CONVAINCANT


Drew Fischer:
"3. "Valentins Traum" (17:24) une longue ouverture avec des choix d'accords mineurs ou discordants sur lesquels des sons étranges, voire dérangeants, entrent et sortent du paysage sonore. La piste rythmique séquencée reste loin en arrière-plan, s'estompant dans et hors du spectre auditif. Ce n'est qu'à la cinquième minute qu'il commence à émerger et à rester, voire à s'élever jusqu'à une place dans l'épaisseur de la palette sonore. À la fin de la sixième minute, un riff de clavecin électronique, un zip!-buzz d'insectes, un tambourin électronique et la rotation des cordes de synthé se sont imposés comme les piliers. La sélection d'accords n'est plus aussi sombre et effrayante maintenant, bien que des sons étranges et contre nature continuent d'entrer et de sortir de l'environnement sonore. Ce riff "harpe/harpsichord" est tellement hypnotisant !

À la onzième minute, plusieurs composants de la batterie sont introduits et entremêlés. Les sons étranges deviennent plus fréquents, constants, et se superposent en multiplicité à mesure que la batterie et les pistes rythmiques s'estompent à la fin de la quatorzième minute. Le dénouement est lent, progressif et régulier, donc je suppose que le rêve de Valentin a été un peu dérangeant, mais pas un événement qui a causé une peur soudaine ou des terreurs nocturnes, mais la persistance des sons effrayants continue à l'avant malgré le lent fondu de la musique dans le fond, alors peut-être que j'ai tort.

Beau travail. Définitivement engageant, hypnotisant et convaincant
en tant que représentation de son sujet. (9/10)"

 


Drew Fisher
Drew Fisher vit aux États-Unis d'Amérique, dans le Wisconsin.

Il a étudié l'histoire de l'art et l'architecture à l'Université de Strasbourg en France. C'est un homme proche de la nature, aimant tout ce qui touche à l'art. Il adore la peinture et il peint dans ses temps libres, il aime particulièrement la littérature et il est l'auteur de "The Osiris Plan Trilogy", une fiction visionnaire de l'histoire humaine. C'est aussi un grand amateur de musique, Drew a chroniqué un grand nombre d'albums.

Il est l'auteur de plusieurs blogs dont "Prog Is Alive and Well" consacré à la musique progressive. Drew anime une émission de radio "Prog is Alive !" diffusée sur WDRT.


 

 

 

UN APERÇU DE MON PROCHAIN PROJET " OVER THERE "

 

 


Les six premières minutes de FLOATING TIME (travail en cours).


Voici un extrait du deuxième morceau du futur album OVER THERE. C'est une composition dans la plus pure tradition de l'école de Berlin du milieu des années 70. Les synthétiseurs d'aujourd'hui délivrent des sons au grain analogique.

Dans le brouillard lointain et les vagues déferlantes, on entend le tintement d'une cloche. Une embarcation flottante sur une mer inconnue avance lentement, puis c'est un vol progressif vers le firmament. Dans cette atmosphère mystique, c'est le grondement du ciel et des profondeurs de la mer qui se mêle aux séquences flottantes et aux sons tourbillonnants...

Pour ce titre et pour ce futur album, les chœurs du Mellotron et les cordes du Solina viennent s'ajouter aux autres instruments mythiques tels que le Modular Moog, le Minimoog ou autre Jupiter 8.

OVER THERE

Sortie officielle prévue pour le 3 mars 2019



Google+ Sequentia Legenda    Facebook Sequentia Legenda   Pinterest Sequentia Legenda    Youtube Sequentia Legenda    Sequentia Legenda Official Website


www.sequentia-legenda.com






Aucun commentaire:

Publier un commentaire